Vendredi rouge 26/2/2021 / Matériel à destination du public

Extrait 1
Quiconque se trouve au milieu d’étrangers est en proie à la tristesse,
tandis que celui qui est triste se sent mieux dès qu’il est parmi les siens.
C’est avec l’aide de ses amis que l’on règne
et le sage ne prend jamais conseil auprès d’étrangers !       
L’étranger fera venir des gens de sa langue (nation)
et cherchera constamment à vous faire du tort.
Il cherchera des fautes dans votre peuple
et disséminera la terre de vos ancêtres entre les siens.
Peigne-toi toi-même, même si tu es hirsute,
tête tchèque, et ne te livre pas aux étrangers ! (chap. 4)
Extrait 2
Je te présente ici [un récit] grossier
et demande à quiconque serait plus doué [que moi],
pour honorer notre pays
et piéger nos ennemis,
de corriger mes paroles avec de jolies rimes,          
et de célébrer ce pays dans un parler clair ;
il ne m’offensera pas
celui qui viendrait à dire : « De quoi se mêle-t-il ? Il n’y connaît rien. »
Je sais bien ce que je vaux
et seul m’importe [le bien] de ma langue.    
C’est cela seul qui m’a poussé à écrire cette chronique
et m’a communiqué une telle ardeur. (Préface)
Extrait 3
Le paysan ne te donne rien par bonne volonté ;
il te sert du « Monsieur », tout en guettant son heure.
Dès qu’il le pourra, il te frappera
et tu le rembourseras avec intérêts. (chap. 98)
Extrait 4
Il faut être un bien mauvais homme
pour nuire à la communauté dans son propre intérêt.
La communauté est la protection de tous
et mieux vaut oublier celui qui l’outrage.
Si tu perds la communauté, n’attends rien du château,
hors de la communauté, tu devras faire face aux dissensions les plus diverses. (chap. 4)
Extrait 5
Elle convoqua la diète générale.
Quand tous se rassemblèrent à la diète
et parurent devant Libuše,
la mère du pays entier
se plaignit de la honte qu’elle avait subie.
Dès qu’ils eurent entendu ses paroles,
les gentilshommes rirent de leur maîtresse, 
ils la rudoyèrent
et, sans même s’être concertés,
ils crièrent tous d’une voix unanime :
« Nous ne souscrirons pas à cela d’un cheveu.
Cet homme a dit la vérité.
Car il faut être un homme bien insensé
pour comparaître à un procès devant une femme
sans y avoir été contraint par la misère.
Nous ne voulons pas patienter plus longtemps,
nous voulons un homme pour maître. (chap. 3)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s